Quand la droite stigmatise les quartiers populaires du 14ème

Publié le par PCF Paris 14

La droite avance cachée dans le 14ème. Le n°10 de la liste UMP locale gère un blog d'information consacré à l'arrondissement (www.parisxiv.com). Loin de se mettre en retrait de son site, pourtant présenté comme "indépendant des organismes locaux", ce candidat s'affiche en une et publie "son" bilan de la mandature 2001-2008.

On trouve de tout dans ce bilan.

On constate d'abord que le n°10 de la liste UMP a de l'humour, voire de l'autodérision. On cite :
"Les années Delanoë auront marqué de sombres années pour le logement parisien et pour les familles cherchant à se loger."
Bien sûr, c'était mieux avec Chirac et Tibéri. Et ce serait encore mieux avec Panafieu qui propose de vendre des logements sociaux. Allez, un peu de sérieux, Monsieur n°10.

Mais le pire est ailleurs : dans la partie sécurité (le contre-feu préféré de la droite). Voici ce qu'on lit :
"Le 14eme est classé au niveau de la Police comme un arrondissement sans difficultés particulières ni zones de non-droits. Mais derrière des  chiffres globalement peu élevés, la situation de certains quartiers, voire micro-quartiers, est cependant très contrastée avec cette impression générale. En de nombreux endroits, la situation n’est pas nouvelle ; quelques adresses, bien connues de la plupart ( les n° 10, 156, 12/16 sont généralement assez évocateurs), défraient depuis un bonne cinquantaine d’années les chroniques parisiennes."

On aura reconnu notamment le 156 rue Raymond Losserand. Et il a raison ce bougre de candidat UMP, il se passe des choses abominables au 156 rue Raymond Losserand. Pas plus tard que cet automne, un spectacle a réuni les habitants du 156. Mais quelle horreur : de la culture chez les gueux !!! Pire, quelques semaines plus tard, l'amicale des locataires organisait une exposition sur l'occupation et la résistance, en particulier sur les résistants qui habitaient le 156. Et il faut donc se rendre à l'évidence : le 156 défraie les chroniques parisiennes depuis les années quarante...

Voilà donc la stratégie subtile (!) de Monsieur n°10 et de son mentor Sarkozy : dresser les gens les uns contre les autres, bref diviser pour régner. A voir tous ceux qui se mordent les doigts d'avoir voter Sarko l'an dernier, et au risque de décevoir Mister n°10, l'arnaque ne marchera pas cette fois-ci.

Publié dans 14ème - Paris

Commenter cet article