Travailleurs en lutte : solidarité !

Publié le par PCF Paris 14

Depuis le 15 février 2008, plusieurs centaines de travailleurs sans-papiers sont en grève. Répartis dans 30 entreprises sur 12 sites en Île-de-France, ils demandent à ce que leurs droits soient enfin reconnus.

 

Un combat contre une injustice sociale

 

Ils préparent nos repas dans les restaurants parisiens, ils nettoient nos villes, ils construisent nos maisons. Ils font tous les travaux ingrats que les autres ne veulent plus faire. Ils payent leurs impôts, cotisent aux caisses d’assurance maladie, de retraite, aux ASSEDIC. Mais s'ils tombent malade, ils ne perçoivent rien. S'ils se retrouvent sans emploi, ils ne touchent rien. Quand ils auront atteint l’âge de la retraite, ils ne pourront en bénéficier. Ils créent de la richesse et participent à la solidarité nationale, mais ils n'ont aucun droit, parce qu'ils n'ont pas de papiers.

 

La double peine du travailleur sans-papiers

 

Ne pas avoir de papiers, c’est aussi avoir la peur au ventre. Les patrons font du chantage. Les enfants sont arrêtés à la sortie de l’école. La police poursuit sa traque jusqu’aux portes des Restos du Cœur. On vous met dans un charter en moins de deux. Pour vous renvoyer vers un pays où on meurt de faim. Où des entreprises françaises refusent de payer les salaires. Où l’armée peut vous assassiner. Tout ça sur fond d’hommage à Aimé Césaire !

 

Les communistes avec tous les travailleurs en lutte

 

Les travailleurs sans-papiers mènent un combat très courageux et très risqué. La CGT les soutient, mais ils ont besoin de la solidarité de tous. Il est plus que temps de mettre l’Homme au centre de la société, et d’arrêter d’être les esclaves du CAC40. Il est temps de mettre fin à l’exploitation et à la xénophobie. Les élus communistes se battent depuis des années pour que les sans-papiers puissent avoir les mêmes droits que les autres citoyens. Comme le réclame le syndicat national des hôteliers, restaurateurs, cafetiers et traiteurs, il faut régulariser ces travailleurs au plus vite.

Publié dans Travailleurs en lutte

Commenter cet article