Rétablissez l'aide financière aux Palestiniens !

Publié le par PCF Paris 14

Les ministres des Affaires étrangères des 25 pays membres de l’Union européenne viennent de suspendre l’aide financière directe à l’Autorité nationale palestinienne...

Chacun le sait, l’arrêt de cette aide aura des conséquences économiques et sociales dramatiques dans un contexte où la population des territoires palestiniens occupés se trouve déjà en situation d’urgence humanitaire. 140 000 agents de l’État privés de traitement, c’est près d’un million de Palestiniens privés de ressources.
Nous condamnons une décision qui revient à infliger une punition collective à tout un peuple à la suite des récentes élections législatives en Palestine, dont l’UE elle-même a reconnu le caractère démocratique.

Le peuple palestinien se trouve victime d’une stratégie des autorités israéliennes - confortée par les décisions de l’Union européenne et, auparavant, l’attitude de la communauté internationale - visant à l’isoler politiquement et physiquement, à le soumettre à une pression militaire intensifiée, à l’étrangler économiquement, à le pousser au désespoir.

Cette volonté ressort des déclarations contestant la légitimité du président de l’Autorité palestinienne et du gouvernement palestinien, de l’assaut récemment donné à la prison de Jéricho pour y capturer des responsables politiques palestiniens dont le secrétaire général du FPLP, de la transformation de Gaza en une prison où Israël affame la population, des raids aériens qui ont repris contre ce territoire et y ont fait de nombreuses victimes. Elle prolonge la construction accélérée, en Cisjordanie et à Jérusalem, du mur d’annexion qui vise à détruire les structures de l’Autorité nationale palestinienne et à priver les Palestiniens de leur droit à disposer d’un État viable, aux côtés de l’État d’Israël, comme le demandent les multiples résolutions des Nations unies.

C’est à cette entreprise que l’Union européenne vient de prêter son concours, encourageant une logique de guerre et éloignant un peu plus une solution de paix juste et durable dans cette région.

La poursuite de cette aide vitale a été conditionnée à des engagements politiques du nouveau gouvernement palestinien, alors qu’aucune pression n’a jamais été exercée sur l’État d’Israël pour qu’il cesse de violer le droit international.

Nous exigeons des gouvernements concernés, et tout particulièrement des autorités françaises qui ont accepté scandaleusement de participer à l’isolement des Palestiniens, qu’ils reviennent sur leur décision.
Liste des organisations signataires et signature en ligne sur le site du mrap.


Publié dans International

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

grouchomarx 21/04/2006 13:31

Bonjour,
il me semble que les autorités françaises, par la voix de Jacques Chirac (lors de son voyage en Egypte), se sont opposées à cette décision de l'UE. Le Président français a déclaré "qu'il ne fallait pas punir tout un peuple pour faire pression sur ses représentants" (grosso modo).
la preuve est faite : Jacques Chirac ne dit pas que des ----eries!