Le PCF condamne la répression féroce au Népal

Publié le par PCF Paris 14

Le peuple népalais défile par dizaines de milliers dans les rues de Katmandou et des autres villes du pays, défiant avec détermination une police brutale qui ordonne de tirer à vue sur les manifestants. Dix personnes au moins ont été tuées, 4000 ont été arrêtées. Le Parti communiste français condamne cette répression féroce. Les sept partis politiques –dont les communistes- qui appellent, depuis le début de l’année, aux mobilisations populaires répétées et aux grèves générales, actions auxquelles se sont joints les maoïstes, exigent l’arrêt de la répression et du pouvoir autocratique, le rétablissement de la démocratie et des libertés confisquées par le Roi Gyanendra. Celui-ci a limogé le gouvernement en février 2005, pris les pleins pouvoirs, instauré l’état d’urgence et suspendu les droits fondamentaux.

La situation atteint un tel niveau de gravité que l’ONU a condamné l’usage de la force et les atteintes aux libertés soulignant que « le recours à de telles forces contre des civils non armés est inexcusable et ne peut être justifié ». L’indifférence arrogante du pouvoir népalais à l’égard des revendications du mouvement populaire népalais et la violence de la répression suscitent une indignation légitime dans la région et dans le monde.

Les communistes français affirment leur solidarité avec le peuple du Népal et les forces démocratiques de ce pays. Ils exigent l’arrêt immédiat de la répression et la libération des manifestants incarcérés.

Publié dans International

Commenter cet article