8 mars 2009 : journée internationale de lutte pour les droits des femmes !

Publié le par PCF Paris 14


A 14h samedi, un cortège de plusieurs miliers de a silloné le pavé
pour rappeler que les femmes ont encore des choses à revendiquer. En cette nouvelle journée de la femme, un triste constat peut, comme chaque année, être dressé : il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour que les femmes acquièrent une pleine égalité des droits.

*

Les femmes sont en premier lieu les plus durement touchées par les logiques de domination capitalistes. Au sein du salariat exploité, c’est elles qui occupent les emplois les plus précaires : CDD, temps partiels forcés etc. 80% des travailleurs pauvres sont des femmes. A travail égal – et parfois à niveau de formation supérieur –, elles n’ont toujours pas de salaire égal, mais touchent entre 10 et 30% de moins que les hommes ! Mais ce n’est pas tout.

La domination masculine s’exerce jusque dans l’intimité. Les choix d’éducation sont toujours fortement discriminés au plan sexuel : le rose et la littérature, c’est pour les filles ! Les violences conjugales et familiales sont encore trop nombreuses. L’accès à la contraception demeure souvent limité à la clandestinité, et repose en grande partie sur les plannings familiaux, dont le rôle crucial doit être rappelé. Quant au plaisir sexuel, il reste tabou et n’est évoqué que dans des cas tragiques extrêmes, comme les excisions par exemple.

Des avancées sont nécessaires sur ces points. Le problème, c’est que même les droits durement conquis durant le siècle dernier, parfois tardivement, sont remis en cause. Les droits demeurent formellement proclamés, mais le gouvernement les rend impraticables. Avec la tarification à l’activité dans les hôpitaux, des services prenant en charge les IVG ont fermé. Les plannings familiaux, sont en danger dans beaucoup de départements en raison de la baisse des subventions gouvernementales ou du mépris de certains Conseils généraux. Dans les Hauts-de-Seine par exemple, ils sont à l’agonie…

Dernier point, la question des femmes n’est pas que l’affaire des femmes ! C’est un choix de société qui nous concerne tous : celui de l’égalité en vue d’une émancipation collective. La journée de la femme, ce doit être tous les jours, et pas seulement le 8 mars.

Publié dans International

Commenter cet article