Sans-papiers : le recul tactique de Sarkozy ne fait pas illusion !

Publié le par PCF Paris 14

Sarkozy a proposé le 6 juin, devant le Sénat, de régulariser « au cas par cas » quelques 720 familles d'enfants scolarisés sans-papiers, soit 1200 personnes.

De toute évidence, il a été contraint à une reculade face à la solidarité et la forte mobilisation qui s'organisent partout en France en soutien aux personnes sans-papiers. Pour autant, le compte n'y est pas. Ce sont près de 50 000 familles qui sont concernées, alors qu'il s'engage à examiner seulement 2% d'entre elles.

De plus, il est inadmissible de voir ériger au rang de condition de régularisation, le fait de ne pas parler la langue de son pays d'origine. L'instauration d'une telle mesure discriminatoire montre le niveau de mépris et de cynisme qui caractérise la droite et ce gouvernement.

Le recul tactique du gouvernement ne doit pas faire illusion et n'enlève rien à la violence de la loi CESEDA. La mobilisation et la solidarité ont marqué un premier point. Ce recul en appelle d'autres pour obtenir la régularisation de l'ensemble des familles concernées.

Publié dans Droits des migrants

Commenter cet article