Interdire l'exposition "Our body à corps ouvert " ? Lettre à Bertrand Delanoe

Publié le par PCF Paris 14

                                                                                                        Paris, le 30 mars 2009

 
Monsieur le Maire,

 
Je me permets d'attirer votre attention sur l'exposition « Our Body, à corps ouverts », organisée Boulevard de la Madeleine à Paris.

Y sont exposés notamment 17 cadavres de jeunes Chinois ayant fait l'objet de « plastination ».

De nombreuses personnalités et associations, dont le directeur de la Maison Auschwitz et Ensemble contre la Peine de Mort, se sont dites  choquées par cette exposition, organisée selon eux, au mépris des dispositions du Code Civil. Ces dernières prévoient notamment que le respect du au corps humain ne cesse pas avec la mort, que les restes de personnes décédées doivent être traitées avec dignité et décence et que l'atteinte portée à l'intégrité du corps ne peut se concevoir qu'en cas de nécessité médicale (Articles 16 et suivants).

Le Comité Consultatif national d'Ethique (CCNE) a également rendu un avis extrêmement négatif au sujet de cette manifestation. Il estime qu'elle introduit un regard techniciste sur les corps, proposant une approche qui n'est pas sans rappeler le traitement des cadavres dans les camps d'extermination lors de la dernière guerre et rappelle que la commercialisation du corps est en contradiction totale avec la loi française.

Des associations ont par ailleurs demandé à la justice d'ordonner à l'organisateur de produire des pièces justifiant l'origine des corps et le consentement donné du vivant des personnes à leur exposition. De nombreux militants des Droits de l'Homme pensent que les corps exposés sont ceux de condamnés à mort. Il est à noter par ailleurs que plusieurs Etats américains ont interdit cette exposition.

L'ensemble de ces éléments interroge, pour le moins, sur le bien fondé de l'autorisation de cette manifestation.

Je vous serais reconnaissante, Monsieur le Maire, de bien vouloir m'indiquer votre opinion à ce sujet.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Maire, l'expression de mes salutations les plus distinguées.


Nicole Borvo
Président du groupe CRC-SPG

Publié dans 14ème - Paris

Commenter cet article