Vente à la découpe, ça continue !

Publié le par PCF Paris 14

Paris à vendre ? La menace s’accentue et ses effets se font déjà sentir : les ventes à la découpe, qui permettent à de gros investisseurs d’acheter en bloc des immeubles et de les revendre ensuite au prix fort, appartement par appartement, se multiplient dans la capitale à une vitesse effarante. Le but : remplir les poches déjà bien pleines des spéculateurs qui dégagent ainsi d’énormes plus-values, en vendant jusqu’à deux fois plus cher que le prix acheté. Et ce sont les locataires qui trinquent : ils doivent choisir entre acheter au prix fort ou partir à l’issue de leur bail. L’inquiétude grandit. On estime que moins d’un tiers des habitants confrontés à cette situation parviennent à acheter leur logement compte tenu de la flambée des prix. Au total, la vente à la découpe jette ou menace de jeter à la rue des dizaines de milliers de locataires vivant dans leur logement depuis de longues années.
Face à la menace, la mobilisation prend de l’ampleur. De nombreux locataires concernés par ces ventes ont décidé de s’organiser pour mieux se défendre. Et comme souvent, la lutte paye et le résultat est au rendez-vous. En mars dernier, une première victoire en justice a offert un espoir. Un couple de locataires de la résidence des Arquebusiers, à Paris (3e), a obtenu du tribunal d’instance de l’arrondissement l’annulation du congé pour vente qui lui avait été délivré par la société Gramont SAS, son bailleur. Comme de nombreux autres locataires confrontés à ces ventes à la découpe, le couple n’avait pu trouver les moyens d’acheter son logement au prix prohibitif proposé (entre 5 000 et 7 000 euros le mètre carré).
Evidemment, il ne s’agit pas d’en rester là. Les élus communistes de Paris ont profité de la brèche ouverte par cette victoire. Nicole Borvo, sénatrice de Paris a déposé une proposition de loi visant à empêcher purement et simplement ces pratiques scandaleuses. Les élus communistes de la capitale ont aussi fait adopter un vœu par le Conseil de Paris, présenté par Jacques Daguenet, conseiller de Paris, avec des propositions pour empêcher les ventes à la découpe. Il demande que le maire de Paris intervienne auprès des différents responsables de fonds de pension pour obtenir la suspension de toutes les opérations de vente et de tous les contentieux avec les locataires et les associations.

Publié dans Un toit pour tous

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article