Rafles de sans-papiers : propos d'un sarkozyste

Publié le par PCF Paris 14

Le lendemain de la rafle devant l'école de la rue Rampal, on croise un sarkozyste (bien propre sur lui) en train de coller un autocollant à la gloire de son idole. On l'interpelle :
«Vous êtes pour les rafles de sans-papiers, vous ?
- Je suis favorable à la régularisation des sans-papiers qui le méritent.
- Qui le méritent ? Ça veut dire quoi ?
- Ceux qui ont les moyens de nourrir leur famille, d'avoir un logement.
- Et il ne vous est jamais venu à l'esprit que, sans papiers, on ne peut pas travailler et donc qu'on ne peut pas avoir ces moyens-là ?
- Ah ! On ne peut pas non plus tout résoudre.»
La lobotomie serait-elle proposée en cadeau surprise lorsqu'on adhère à l'UMP ?

Publié dans Droits des migrants

Commenter cet article

brice 31/03/2007 12:21

Rafle : "arrestation massive opérée par la police à l'improviste" (dictionnaire en ligne lexilogos). Il s'agit donc bien de rafles. Et ce qui est important, bien plus que le vocabulaire utilisé, c'est le sort des ces adultes et de ces enfants qui sont arrachés du pays où ils ont décidé de travailler, de vivre, qui sont arrachés de l'école où ils étudient. Mais peut-être préférez-vous ergoter sur un mot plutôt que de parler du sort des sans-papiers ? C'est ça être "de centre gauche, social libéral et européen" ? (cf votre site). Ah ! oui, j'oubliais : un européen est blanc, et on ne rafle pas les blancs.

marc d HERE 30/03/2007 18:45

I est tout à fait scandaleux d'utiliser ce mot de rafle....Vous ignorez ce qu'étaient les "rafles"....