Cercle de Résistance Paris Sud : Chaque dernier jeudi du mois

Publié le par PCF Paris 14












Nous dénonçons les traitements
inhumains
réservés aux migrants

et l’Europe forteresse
Chaque dernier jeudi du mois

de 18h30 à 19h30
devant le RER Denfert-Rochereau

 

Par notre participation au Cercle de résistance, nous dénonçons les traitements inhumains réservés aux migrants qui n’obtiennent ni l’asile ni titre de séjour.

Nous voulons que la France redevienne un pays d'accueil, sans cesse enrichi et transformé par des femmes et des hommes venus du monde entier.

Nous dénonçons les obstacles administratifs qui visent à rendre de plus en plus difficile l'obtention d'un titre de séjour et contraignent des hommes, des femmes, des familles entières à vivre et à travailler dans la clandestinité et la peur, privés de tout projet et de conditions de vie simplement décentes.

Nous refusons cette «chasse» aux étrangers, les interpellations au faciès, l’enfermement d’hommes et de femmes et même d’enfants dans des centres de rétention administrative et leur expulsion, alors que beaucoup sont exposés à de graves dangers dans leurs pays.

Nous affirmons que la diversité économique, culturelle, humaine est une richesse.

Nous n’acceptons pas la transformation de l’Europe en forteresse assiégée coûteuse, inefficace et inhumaine qui va à l’encontre de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme:

article 13 – 1. -Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat.

article 13 – 2. -Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays.

Nous demandons le retrait de la Directive Retour, dite Directive de la Honte, votée par l’Union Européenne le 18 juin 2008, qui porte à 18 mois la durée possible de rétention des migrants sans aucun procès.

Nous voulons une politique migratoire respectueuse des Droits de l’Homme et profitable pour tous les peuples. Les atteintes à la dignité de quelques-uns blessent tous les hommes dans leur humanité.

Publié dans Droits des migrants

Commenter cet article