En Tunisie, avec les révolutionnaires !

Publié le par PCF Paris 14

  pierre-laurent-tunisie.jpg

 

L'agence de notation financière Moody's vient de baisser la note de la Tunisie. Une note qui sanctionne le niveau de confiance des marchés financiers dans l'économie d'un pays. Quel cynisme!


Preuve est faite, s'il fallait en douter, que les marchés financiers préfèrent les dictateurs et n'aiment pas la démocratie. Quoi de plus confortable qu'un pouvoir fort et non-démocratique pour faire ses petites et grandes affaires en toute tranquillité. La démocratie, c'est bien connue, c'est dangereux pour les affaires.On comprend mieux l'empressement du gouvernement français à proposer ses services et son expérience en matière de maintien de l'ordre par la voix de Michèle Alliot-Marie, ministre des Affaires étrangères. Droits de l'homme ou recherche du profit? L'agence Moody's a choisi : elle préfère Ben Ali.

 

Une délégation composée de Pierre Laurent, Secrétaire national du PCF, Patrick Le Hyaric, Député européen, Nicole Brovo-Cohen-Seat, Présidente du groupe CRC-SPG au Sénat et Jacques Fath, Responsable des questions internationales au PCF est actuellement en Tunisie pour soutenir la révolution en cours, conformément à la position historique du PCF, opposé à Ben-Ali depuis son accession au pouvoir.


Le mouvement populaire tunisien, exigeant le respect de ses droits et de sa dignité, est une leçon pour les plus hautes autorités françaises et pour tous ceux qui croyaient cette dictature impérissable et qui l'ont soutenue sans honte jusqu'au bout. Le PCF dénonce depuis de nombreuses années le régime que Ben Ali imposait à son peuple.


Aujourd’hui, le PCF apporte un soutien actif à la révolution tunisienne et à l’action des démocrates et des progressistes tunisiens. Dans ce contexte, Pierre Laurent, à la tête d'une délégation du PCF, est actuellement à Tunis pour un ensemble de rencontres politiques et sociales.

Publié dans International

Commenter cet article