l'UMP: plongée au coeur d'une droite sans AME

Publié le par PCF Paris 14

On va finir par le comprendre, la méthode de l'UMP est simple. Quand quelque chose va mal, c'est de la faute des étrangers, ou des pauvres, et plus sûrement des étrangers pauvres.

 

En plein débat sur les retraites, une mesure a été votée hier par les députés UMP dans le cadre du projet de loi de finances pour 2011. Pour combler le déficit de la sécurité sociale, ce seront désormais aux sans-papiers ayant le moins de ressources de payer.

 

Jusqu'à présent, l'AME (Aide Médicale d'Etat) permettait la prise en charge des dépenses de soins, de consultations médicales à l'hôpital ou en médecine de ville, de prescriptions médicales et de forfait hospitalier. A ce titre, les bénéficiaires de l'AME étaient dispensés de faire l'avance des frais, à l'hôpital ou en médecine de ville. Cette mesure s'appliquait aux étrangers résidents en France depuis au moins 3 ans, et ne bénéficiant pas de titre de séjour (et ne pouvant, à ce titre, pas bénéficier des autres aides de la Sécurité Sociale).

 

Désormais, les bénéficiaires de l'AME (215 000 personnes) vont devoir payer un droit d'entrée. Leurs ayants droit seront limités, et le "panier de soins" pris en charge par l'AME sera diminué.

 

bachelot2

 

Un mois après la sortie d'un rapport accablant, qui signalait que 23% des Français avaient dû renoncer à des soins en 2010 pour raisons financières, Roselyne Bachelot préfère se boucher les oreilles. Elle a ainsi osé prétendre que ce rapport n'était pas fiable, tout en se félicitant d'une autre conclusion du même rapport sur l'excellente qualité des soins délivrés dans notre pays. Qui a dit incohérence idéologique?

 

Pour de nombreuses associations, tout comme pour les organisations de médecins, la restriction de l'AME est une grave eurreur, qui va pousser les plus exposés aux problèmes de santé à renoncer aux soins. Pour les députés communistes, il s'agit d'une manoeuvre pour créer des fantasme. Tout à coup, le déficit de la Sécu serait de la faute des sans-papiers.

Quand le pouvoir va mal, en ce moment, il penche à droite de façon inquiétante, jusqu'à rejoindre les pires délires du FN... Les Français ne sont pas dupes: ce n'est pas en cherchant des boucs émissaires qu'il qu'il nous fera oublier la violence générale de sa politique.

Publié dans Droits des migrants

Commenter cet article