La démocratie sociale au vide-grenier?

Publié le par PCF Paris 14

drapeau-rouge-et-francais.gifOn aura tout entendu, alors que la peste brune s’abat sur notre pauvre France à grands renforts de promotion médiatique. Le nuage nucléaire qui passe cette semaine au dessus de notre pays sera de faible intensité parce qu’il a déjà fait tomber sa malédiction avant. Tant pis pour les autres. Chacun pour soi. Circulez, il n’y a rien à subir, sauf le triste spectacle d’une grande partie d’un monde du travail désabusé qui ne va plus voter ou qui se défoule sur les terres du fascisme, désinformé sur une élection qui, de toutes façons, ne servira peut-être plus à rien. En effet, le pouvoir veut supprimer les départements, ses élus et ses salariés essentiellement concentrés sur des activités sociales, préventives et éducatives qui coûtent trop cher, mais à qui ? Au patronat bien sûr qui, pendant ce temps, met la pression dans les négociations actuelles pour descendre au plus bas niveau possible les retraites complémentaires qui permettent à des millions de Français de ne pas tomber sous le seuil de pauvreté.

Décidément, le capitalisme financier n’a pas fini de faire ses ravages. A force de jouer avec le feu, il l’attise et, comme pour la centrale nucléaire nippone, il sera bien difficile d’arrêter le nuage d’une remise en cause qui mettra notre démocratie sociale au vide grenier.

L’heure est au rassemblement antifasciste, certes, mais aussi à la résistance sociale, dans les entreprises et dans la rue, sans laquelle toute élection ne sera qu’un parapluie poreux.

Yvon Huet

Publié dans France - Europe

Commenter cet article