Un gros 1er mai à découvert

Publié le par PCF Paris 14

MAI_36.jpg

 

Il suffit de lire les UNE du Parisien et du journal du Dimanche pour avoir la nausée. La fixation autour de la Burqa qui révèlent l’image que l’on reçoit de l’étranger qui fait peur, surtout quand on ne peut pas le voir, est révélatrice d’une manipulation de l’opinion à la mesure de la crise. De nombreuses blagues circulent à ce sujet pendant que d’autres s’excitent au comptoir, proposent un référendum sur la peine de mort et le port d’arme obligatoire pour les citoyens « blancs et honnêtes », un pont aérien pour « le retour au pays ». La fièvre monte à El Sarko.


Et pourtant, interdire des comportements provocateurs ne passe pas par une loi de plus mais tout simplement par l’application de la loi républicaine et laïque qui doit favoriser autant l’assimilation que la différence culturelle. Tous pareil non. Tous égaux oui, et avec le sourire du visage.


Toute personne qui doit rendre compte de son identité ou que l’on doit reconnaître, quel que soit le motif, doit avoir le visage découvert sous peine de s’exclure elle-même de toute activité sociale.


Tout le monde s’y met, la commission parlementaire, les « philosophes », les experts de la mode. Le capitalisme a besoin de sang pour apurer ses comptes. Pour cela il faut attiser tous les conflits possibles. Chez nous, il faut faire passer en urgence la « réforme » contre la retraite qui nous mettra tous TOUT NU. La ficelle est trop grosse… Et si elle est si grosse que cela, il faut un GROS 1er MAI À DECOUVERT.


Quant à la vraie réforme des retraites, elle passe par la redistribution juste des richesses du pays, en dépassant un système qui laisse sur le carreau de plus en plus de personnes âgées qui survivent et meurent dans l’indifférence d’un Etat qui se doit bien trop vite « de droit » quand il n’assume pas son rôle d’équité. La lutte pour l’alternative doit continuer, avec le PCF, le Front de Gauche, toute la gauche et le mouvement social.

 

Y.H.

Publié dans Travailleurs en lutte

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article