Le PCF n°1 sur le pouvoir d’achat !

Publié le par PCF Paris 14

Ce jeudi, les militants du PCF se sont improvisés commerçants pour la matinée. Objectif : prouver que les propositions du Parti sur le pouvoir d’achat sont simples à mettre en œuvre, et bénéficient à tous. Un exemple à suivre pour le gouvernement, qui brasse beaucoup de vent, mais ne fait pas grand chose...

 

 

*

 

En partenariat avec le Modef, un syndicat d’exploitants agricoles familiaux, le Parti communiste a organisé sur la place de la Bastille un petit marché paysan. Dès 8h du matin, des centaines de personnes sont venues pour acheter des produits de qualité vendus à prix coûtant. Au menu, de délicieuses quetsches du Lot-et-Garonne, des melons bien sucrés, des tomates, des salades, des pommes de terre, des pommes, des poires, des nectarines... Et surtout une ambiance bonne enfant très sympathique !

 

Dans la file d’attente, un peu longue en raison du grand succès de l’opération, des personnes venues de toute l’Île de France. Pour le journal Libération, Marie-France, « petite brune d’une cinquantaine d’années » sur les lieux depuis 7h du matin, livre qu’elle « a de plus en plus de mal à acheter ses fruits et compte bien faire des économies aujourd’hui ». Pour Jalana, au même journal : « Ici au moins il y a un peu de justice, les supermarchés en profitent trop d’habitude ». En quelques mots, l'essentiel est dit.

 

Mais l’action va bien au delà. L’idée est de montrer concrètement que l’on peut baisser les prix pour le consommateur sans pour autant assommer le producteur. Les agriculteurs vendent en général à perte leurs produits, à des prix dérisoires qui ne leur permettent pas de boucler le mois. Si les prix augmentent à la caisse des supermarchés, c’est à cause des marges abusives pratiquées dans la grande distribution. Cette situation est intenable pour tous.

 

Marie-George Buffet, porte-parole nationale du Parti, a profité de l’occasion pour lancer la rentrée politique du PCF. Il faut dire que le message est fort : il est temps de mettre fin au règne de l’argent roi, et d’entrer dans des logiques économiques plus vertueuses. Notamment, ne plus opposer les intérêts des consommateurs, qui veulent des prix bas, à ceux des producteurs, qui ont besoin de salaires décents. Il n’y a pas d’autre solution viable au problème du pouvoir d’achat.

 

Bilan de la matinée : des producteurs rémunérés à la hauteur de leur travail, des consommateurs heureux, des militants un peu fatigués mais qui gardent le sourire. Le message semble être passé : en démontant la tonnelle, la foule continue de se presser pour récupérer les tracts. Certains se sont même portés volontaires pour aider les militants dans l’organisation de la Fête de l’Huma en septembre!


Publié dans France - Europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article