Meeting du PCF à Japy : Agir pour changer le système

Publié le par PCF Paris 14

Pendant que le PS se déchire dans de viles querelles de personnes, la gauche se mobilise pour faire bouger les choses. Dans un contexte de crise aiguë du capitalisme, le PCF organise un meeting le 27 novembre 2008 à 19h00 au 2, rue Japy dans le 11ème arrondissement (métro Voltaire). L’enjeu : agir pour changer le système avec de vraies propositions.

 

*

 

2 000 milliards d’euros pour sauver les banques ? En 15 jours, les Etats capitalistes les ont trouvé. En regard, il faut 7 milliards pour boucher le « trou de la sécu » - qui nous a valu les franchises médicales - largement du aux allègements de cotisations pour faciliter la vie aux patrons. Il faut 9 milliards seulement pour financer un SMIC à 1 500 € : pendant la campagne présidentielle, la droite et le PS trouvaient ça irréaliste… 82 milliards permettraient de résoudre les épidémies et la faim sur la planète selon l’ONU.

 

La crise financière est le produit de la spéculation boursière : c’est pour enrichir les riches que des risques insensés ont été pris, alors que la logique actionnariale faisait déjà pression sur les salaires à la baisse. A vouloir le beurre et l’argent du beurre, les capitalistes ont déclenché une crise très grave, dont ils n’arrivent plus à se dépêtrer, et dans laquelle ils nous ont tous embarqué. Le capitalisme connaît une crise globale, dont l’actuelle crise financière n’est qu’un aspect.

 

Cette crise doit en effet se comprendre en parallèle de la baisse du niveau de vie dans les pays occidentaux : baisse pouvoir d’achat pour les moins riches, dégradation des conditions de travail et stagnation de l’investissement – donc des créations d’emploi futures. Elle doit aussi se comprendre en parallèle de l’appauvrissement des pays Africains et de l’exploitation sauvage des travailleurs de la plupart des pays du monde, auxquels on dénie le droit à la moindre protection. Elle doit enfin se comprendre en regard de la crise écologique, due à la gloutonnerie d’un capitalisme qui gaspille les ressources naturelles, utiles à l’humanité toute entière, pour les seuls profits d’une minorité de nantis, sous prétexte qu’il sont propriétaires du capital des entreprises !

 

La crise financière une nouvelle fois révèle la vraie logique du capitalisme : le profit est tout, la vie humaine n’est rien. Ce système n’est pas en mesure d’apporter le moindre bien être à la grande majorité des habitants de cette planète, ni aujourd’hui, ni demain. Il faut donc en changer, et arrêter de coller d’inutiles rustines, qui ne font que prolonger l’agonie. Changer certes, mais le changement ne se décrète pas, il s’obtient : il faut se mobiliser !

Publié dans France - Europe

Commenter cet article